// Vous lisez...

ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES BMA

TOURNONS LA PAGE France CP Elections au Congo

Le 24 mars 2016 Communiqué de presse ELECTION PRESIDENTIELLE EN REPUBLIQUE DU CONGO : TROP C’EST TROP !

Tournons la Page condamne fermement le résultat et prône l’adoption de sanctions contre le pouvoir congolais.

Préparé de longue date, le scénario de l’élection présidentielle en République du Congo s’est parfaitement déroulé selon les prévisions, l’organisation et les calculs de Denis Sassou N’Guesso, au pouvoir depuis 32 ans et deux guerres civiles à son actif :

1. D’abord, des violences meurtrières qui ont conduit à plus de 46 morts et des dizaines de blessés au sein de la population qui protestait, par anticipation, contre l’annonce d’un référendum sur la modification de la Constitution ouvrant la voie à un nombre de mandats illimité et à l’abolition de la limite d’âge.

2. Puis la modification de la Constitution sollicitée par le peuple, convoqué à un simulacre de référendum aux résultats écrasants, non reconnus par la France ni par la communauté internationale.

3. Finalement, l’anticipation de la date des élections pour prendre l’opposition à contre-pied.

Restait à achever la mise en scène par une annonce la veille de l’élection : coupure des communications téléphoniques et d’Internet les 20 et 21 mars pour « faire face à d’éventuels problèmes liés à l’ordre public », interdiction des déplacements pour pouvoir « traiter » le scrutin à huis clos. Et précaution supplémentaire : dans certains bureaux de vote, des grenades lacrymogènes ont chassé des personnes trop curieuses, des jeunes en particulier, qui voulaient observer le dépouillement du scrutin.

Les résultats annoncés par la Commission Électorale Nationale Indépendante le 23 mars 2016 ne pouvaient faire de doute : Denis Sassou N’Guesso donné gagnant dès le 1er tour avec plus 60,39% des voix grâce à des fraudes massives.

En conséquence nous demandons expressément :

A la Communauté internationale - Union Européenne, Union Africaine, Organisation Internationale de la Francophonie… - de tirer les conséquences de cette mascarade électorale :

• Le rejet des résultats de cette élection et la légitimité de Denis Sassou N’Guesso ;

• L’adoption de sanctions à l’égard des auteurs de ce coup de force (limitation des déplacements et gel des avoirs).

A la France en particulier, premier partenaire économique du Congo qui avait, par la voix de son Président, soutenu la légitimité du référendum constitutionnel :

• Une condamnation publique de François Hollande des conditions de cette réélection ;

• La révision de l’ensemble de ses dispositifs de coopération au titre de l’aide au développement.

Commentaires