// Vous lisez...

ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES BMA

BMA : La bétise et la cupidité

Congo-Brazzaville : Denis Sassou Nguesso porte plainte contre X dans l’affaire des biens mal acquis : 03 février 2016 à 16h06 Par Jeune Afrique, AFP et FCD

Visé depuis mars 2007 par l’enquête de deux juges parisiens sur les conditions d’acquisition d’un très important patrimoine immobilier et mobilier en France, le président congolais a décidé de contre-attaquer. « Nous, Denis Sassou Nguesso, Chef de l’État du Congo, déclarons avoir chargé Maître Viala, avocat à la cour à Paris, de déposer plainte contre X, pour tentative d’escroquerie au jugement dans l’affaire dite des biens mal acquis, qui nous oppose à l’association Transparency International », indique un court communiqué dactylographié signé du président congolais.

L’ONG qui s’est constituée partie civile dans l’affaire des biens mal acquis accuse le chef de l’État congolais d’avoir « détourné, à son profit et au profit de sa famille et de son clan, une partie substantielle de la rente pétrolière » du Congo-Brazzaville. Poursuivi depuis mars 2007, Denis Sassou Nguesso a porté plainte « il y a plus d’un mois », précise le texte remis à l’AFP à Brazzaville.

L’intégralité des dossiers concernant les chefs d’État mise à mal ?

Candidat à sa propre succession à l’élection présidentielle du mois de mars prochain, Denis Sassou Nguesso estime que les pièces sur lesquelles est fondée la plainte le visant, lui et sa famille, « ne sont pas conformes à la réalité », a informé Me Viala, joint au téléphone par l’AFP. « Si (cette plainte) aboutit, a affirmé Me Viala, elle fera tomber l’intégralité des dossiers » concernant tous les chefs d’État africains dans l’affaire des « biens mal acquis ». À ce titre, Denis Sassou Nguesso a déclaré qu’il avait « pleine confiance en la justice française pour mener à bien les investigations nécessaires ».(114 comptes bancaires et 24 biens immobiliers enquête préliminaire du juin à septembre 2007)

Le parquet dispose de 3 mois pour donner suite

Deux autres chefs d’État africains ainsi que leur entourage sont également la cible des enquêteurs : l’ex-président gabonais Omar Bongo Ondimba (décédé en 2009) ainsi que le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema..

Selon une source judiciaire, la plainte a bien été reçue au parquet de Paris. Celui-ci dispose de trois mois pour décider de la transmettre ou non à un juge d’instruction.

Né vers 1943 Sassou Nguesso qui cumule près de 32 années à la tête du Congo, organise avec son parti une campagne à la soviétique de « plébiscite » dans tous les meddias d’état afin d’être « le candidat désiré par un peuple » à un troisième mandat à la présidentielle du 20 mars 2016. Il aura, grâce à un changement de la constitution obtenu après une votation mascarade et d’autres violations flagrantes des textes et conventions internationales signés par lui au nom de l’état.

Que vaut la parole et la signature d’un tel individu après avoir usé et abusé de 9 textes fondamentaux ?.

Commentaires