// Vous lisez...

ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES BMA

TOURNONS LA PAGE dans le Journal La croix du 30/09/2015

Aux menaces du Clan Sassou.....la détermination des membres de la Société Civile

Forum Débats DES MEMBRES DU COLLECTIF « TOURNONS LA PAGE »(i) Quand un dictateur menace via « La Croix » le30/09/15

« Afnque, la souveraineté ne se découpe pas en mandats », titrait Jean-Yves Olhvier dans ces mêmes colonnes, Ie 26 août dernier. Une analyse qui mérite décryptage L’auteur écrit en tant que président de la Fondation Brazzaville Une fondation « inspirée » par Denis Sassou Nguesso. C’est lui, le président congolais, le véritable commanditaire du texte Entre les lignes, l’avertissement est clair il est prêt a tout pour se maintenir au pouvoir. Un mois plus tard, on a pu le vérifier.

Apres avoir reconquis le pouvoir dans le sang, en 1997, Sassou avait consenti à inscrire, dans la Constitution de 2002 destinée a avaliser son coup d’Etat , une double limitation a l’exercice du pouvoir suprême un âge maximum de 70 ans pour être candidat, un plafonnement a deux mandats L’une et l’autre lui interdisent de concourir a la présidentielle de 2016 Bien des Congolais attendaient cette échéance comme une délivrance 70% d’entre eux sont nés tandis que l’actuel président était déjà au pouvoir, 57%vivent avec moins de deux dollars par jour, dans un pays ou l’or noir coule a flots.

Las Sassou Nguesso a annoncé, ce 22 septembre, le recours a un référendum pour ôter de la Constitution tout obstacle à sa reconduction. S’en remettre au peuple, n’est-ce pas le signe de sagesse d’un démocrate’ Ne nous y trompons pas’ Le régime, qui se soucie bien peu des standards électoraux internationaux et des libertés fondamentales, a démontré a chaque scrutin sa parfaite maîtrise des résultats. Au fond, le logiciel électoral étant totalement tronqué, le peuple n’a pas la capacité de s’exprimer librement Surtout, la révision proposée est elle-même inconstitutionnelle. L’article 185 de la même Constitution interdit toute modification relative au nombre de mandats La charte de là démocratie de l’Union africaine prohibe « toute révision des Constitutions qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique » (article23)

On comprend que le clan Sassou s’accroche. Assis sur une rente pétrolière qui lui a permis de constituer un patrimoine colossal [y compris en France), ll sait surtout qu’il pourrait avoir à répondre devant la justice des atrocités qu’il a commises… . Il s’agit bel et bien d’un coup d’État. Une confiscation des institutions. Plus aucune limite ne doit s’imposer au clan au pouvoir. Un coup d’État constitutionnel qui appelle la même fermeté qu’un coup d’État militaire

Sassou se sait isoler. II n’a pas réussi à susciter un irrésistible appel des foules à l’image du Rwanda ou, à la faveur d’une pétition « spontanée » de deux millions de citoyens, Paul Kagame pourrait briguer un nouveau mandat au mépris de la constitution. Pas d’avantage, il n’a pu se poser en rassembleur de la nation son soi-disant « dialogue national  »

, en juillet, qui n’avait d’autre objectif que de cautionner sa manipulation constitutionnelle, a été largement boycotté.Plus de 600 personnalités congolaises se sont rassemblées, à Diata, pour un Dialogue alternatif. Malgré la répression croissante (intimidations, arrestations arbitraires, harcèlement), une résistance pacifique s’organise. Dans ce pays à majorité catholique, l’épiscopat Congolais a envoyé à Noël un message clair « Il y a un certain nombre de dispositions que nous trouvons fondamentales pour toute démocratie [dont] le nombre de mandats du président de la République »

Les États-Unis appellent au respect des institutions Même la France, soutien historique du régime en place avait envoyé un avertissement lors du Sommet de la francophonie de novembre 2014.

On comprend que le clan Sassou s’accroche assis sur une rente pétrolière qui lui a permis de constituer un patrimoine colossal ( y compris en France), il sait surtout qu’il pourrait avoir à répondre devant la justice des atrocités qu’il a commises. Alors le dictateur joue ses dernières cartouches l’argent et la menace pour amadouer Pans, il finance la conférence Climat de décembre François Hollande a-t-il monnayé son silence 7Si le Parti socialiste a condamné le coup d’Etat constitutionnel, le Gouvernement reste muet La menace, elle, est tout entière dans la tribune de Jean-Yves Ollivier, que l’on peut résumer ainsi « Vous insistez pour me voir partir ? Vous n’aurez pas un scénario à la burkinabé (ou le même stratagème a valu à Blaise Compaore d’être chassé par son peuple), mais un scénario à la burundaise (pourrissement et répression dans le sang) »Nulle coïncidence qu’il ait ciblé La Croix, la menace vise le gouvernement français, l’Église et la campagne « Tournons la page » dont ce journal s’est fait l’écho

L’avenir du Congo se décidera bien sûr au Congo Mais une dictature tient aussi par ses soutiens internationaux Les démocrates congolais ont pris espoir en entendant la communauté internationale s’opposer à un coup d’Etat constitutionnel de leur président Ils prennent de grands risques en s’exposant, ils paieraient très cher tout recul

(i)Brice Mackosso [Justice et Paix Pointe Noire) ;Chrstian Mounzeo [Pour là paix et les droits de l’homme] ; Benjamin Moutsila (Fédération des Congolais de la diaspora) ; Jean Merckaert [Revue Projet) ; Jean Chrysostome Kijana (Nouvelle dynamique de la société civile en RDC)

Commentaires