// Vous lisez...

ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES BMA

"Sassou dehors" : les Congolais défilent contre un nouveau mandat du président

La première étape de la réponse au PCT ; à SASSOU et sa "famille-village" de pilleurs

"Sassoufit" ! L’opposition au président Sassou mobilise en masse à Brazzaville (AFP 27/09/15)

L’opposition congolaise a tenu dimanche à Brazzaville son plus grand rassemblement depuis le retour au pouvoir du président Denis Sassou Nguesso en 1997 pour dire "non au coup d’État constitutionnel" qui permettrait au chef de l’État de se représenter en 2016.

Cinq jours après l’annonce d’un référendum à venir sur un projet de nouvelle Constitution, le boulevard des Armées a résonné pendant deux heures des slogans "Non au coup d’État constitutionnel !", "Non au troisième mandat !", "Non au référendum !", "Sassou dégage !", selon deux journalistes de l’AFP présents sur les lieux.

Même message adressé au président sur les banderoles agitées par la foule qui remplissait de manière compacte sur plusieurs centaines de mètres cette artère du centre de la capitale congolaise : "Le Congo n’est pas la propriété des Sassou", "Pourquoi toujours toi ?" ou encore un "Sassoufit" très en vogue sur les réseaux sociaux depuis quelques mois.

Répondant à l’appel du Front pour l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et de l’Union pour la démocratie congolaise (UDC), les sympathisants de ces deux plate-formes rassemblant la quasi-totalité de l’opposition avaient commencé à converger vers le lieu de rassemblement dès la fin de la matinée. Le meeting, qui s’est déroulé dans le calme, a commencé vers 14H00 (13H00 GMT). Pendant près de deux heures, les dirigeants des formations membres du Frocad et de l’UDC se sont relayés sur une tribune de fortune en haranguant la foule avant que celle-ci commence à se disperser sans encombre vers 16H00.

Nombre de commerces du quartier sont restés fermés. "On a fermé nos points de vente par mesure de prudence : les Congolais sont capables de tout, surtout de pillage et du vol", a déclaré à l’AFP un jeune vendeur de crédit téléphonique en rouvrant son échoppe une fois le rassemblement terminé.

Pendant le meeting, un hélicoptère militaire a survolé les lieux à trois reprises sous les huées des manifestants criant : "Non à l’intimidation "

- ’Devant l’Histoire’

Âgé de 72 ans, M. Sassou, qui cumule plus de 30 ans au pouvoir en République du Congo, a annoncé mardi vouloir soumettre à référendum une nouvelle Constitution qui lui permettrait de se présenter à la présidentielle devant avoir lieu mi-2016. La Constitution actuelle lui interdit à double titre de se présenter car elle limite à deux le nombre de mandats que peut exercer un chef de l’État et à 70 ans l’âge maximal pour être candidat à la magistrature suprême.

M. Sassou a dirigé le Congo à l’époque du parti unique, de 1979 jusqu’aux élections pluralistes de 1992, qu’il a perdues. Revenu au pouvoir en 1997 à l’issue d’une violente guerre civile, il a été élu président en 2002 et réélu en 2009.

"Le jour où le président Sassou Nguesso annoncera le référendum (la date), nous appellerons le peuple. Nous serons devant nous-mêmes et devant l’Histoire. Après le Niger, l’Égypte, la Tunisie et le Burkina, le tour est venu au Congo", a dit aux manifestants André Okombi Salissa, un des dirigeants de l’UDC, en faisant référence aux aléas des mouvements démocratiques qui traversent le continent africain depuis quelques années.

"L’heure est à l’action", a-t-il ajouté alors que la question de la révision des lois fondamentales est au cœur du débat politique dans plusieurs pays d’Afrique centrale où des dirigeants font face à plus ou moins brève échéance à l’obligation de céder la place, comme en République démocratique du Congo voisine.

"L’heure de l’alternance est arrivée parce que nous avons déjà fait plus de 30 ans avec le même dirigeant. Nous voulons de l’alternance pour oublier une politique sociale marquée par (...) un taux élevé de chômage" et un faible niveau de développement, a déclaré pour sa part Mathias Dzon, un des meneurs du Frocad.
- See more at : http://fr.africatime.com/congo/arti...

rassemblement contre un nouveau mandat du président Sassou Par RFI Publié le 28-09-2015 Modifié le 28-09-2015 à 01:18

Le message sans équivoque des Congolais à leur président, ce 27 septembre 2015. L’opposition congolaise a tenu ce dimanche à Brazzaville son plus grand rassemblement depuis le retour au pouvoir du président Denis Sassou-Nguesso en 1997. Les leaders et leurs militants ont demandé au pouvoir de renoncer à son projet de convoquer un référendum constitutionnel qui permettrait au chef de l’Etat de se représenter en 2016.

« Non au troisième mandat ! », « Non au référendum ! », « Sassou dégage ! » Le message adressé au président sur les banderoles agitées par la foule qui remplissait sur plusieurs centaines de mètres la place du boulevard Albert Raoul du centre de la capitale congolaise était invariablement le même : « Le Congo n’est pas la propriété des Sassou », « Pourquoi toujours toi ? » ou encore un « Sassoufit » très en vogue sur les réseaux sociaux depuis quelques mois.

Après l’annonce mardi dernier par le chef de l’État de l’organisation d’un référendum sur une révision de la Constitution qui lui permettrait de briguer un troisième mandat en 2016, l’opposition congolaise avait dénoncé un « coup d’État constitutionnel ». Agé de 71 ans, Denis Sassou-Nguesso a dirigé le Congo pendant 32 ans, en deux périodes séparées. « Ça ne passe pas dans l’opinion congolaise »

Paul-Marie Mpouelé, l’un des organisateurs de la rencontre de ce dimanche appelle le président Denis Sassou-Nguesso à ne pas se représenter en 2016 et à accepter l’alternance comme il l’avait déjà fait en 1992. « Quand nous disions qu’il voulait changer de Constitution personne n’y croyait, mais maintenant les masques sont tombés, souligne-t-il. Quand il appelle à un référendum pour l’évolution des institutions, en réalité il n’avait pas besoin de saisir la Cour constitutionnelle pour ça parce qu’il sait que lui il a le droit d’utiliser l’article 86 pour faire évoluer les institutions. (…) Mais le vrai débat du président de la République, c’est de faire qu’il change de Constitution afin de se représenter en 2016 et de s’octroyer un troisième mandat. Ça, malheureusement, ça ne passe pas dans l’opinion congolaise. »

« Nous avons lancé tous les appels qui sont humainement possibles. Le président de la République est resté crispé sur son idée de vouloir briguer absolument un troisième mandat, vous voyez qu’il n’y a plus d’appel possible, indique Paul-Marie Mpouelé qui en lance tout de même un « dernier » à Denis Sassou-Nguesso. S’il y a un appel que je peux lancer en dernier ressort au président de la République, c’est de faire que son pays soit en paix et qu’il parte par la grande porte et que son nom soit retenu dans l’histoire comme étant quelqu’un qui a favorisé pour la seconde fois l’alternance démocratique dans notre pays. »

Répondant à l’appel du Front pour l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et de l’Union pour la démocratie congolaise (UDC), les sympathisants de ces deux plateformes rassemblant la quasi-totalité de l’opposition avaient commencé à converger vers le lieu de rassemblement dès la fin de la matinée dimanche. Le meeting s’est déroulé dans le calme.

Commentaires