// Vous lisez...

ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES BMA

Lettre ouverte d’une militante au Président Hollande....

Paris, le 09 Septembre 2014

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, MONSIEUR FRANCOIS HOLLANDE

Monsieur le président, Vous, Président de la République, aviez tracé la perspective d’un Congo Brazzaville libre que la France aiderait à advenir, pour cela, vous ne pouvez être insensible aux immenses pertes humaines et souffrances des Congolais, ni aux enlèvements arbitraires au quotidien par les hordes du général Jean François Ndengue le directeur général de la police nationale congolaise de ceux qui s’opposent au régime d’oppression du Congo- Brazzaville. C’est pour cette raison que je viens par la présente, solliciter votre attention face à la perspective que le régime de Monsieur Sassou Nguesso parvienne à vaincre le peuple congolais en révolte est de jour en jour plus plausible.

La constitution nationale issue de la conférence nationale souveraine de 1992 était une lutte exemplaire et héroïque du peuple congolais dans le seul but de conquérir sa liberté, le peuple congolais est aujourd’hui abandonné par les nations comme la France, qui se targuent de porter la démocratie et les droits humains comme principes fondateurs de leur gouvernance.

Et pourtant, Vous, Président de la République, vous savez que plus de 200.000 congolais †sont morts depuis le retour au pouvoir du dictateur Sassou Nguesso par coup d’état depuis 1997, en majorité des civils, dont plus de 8.000 enfants de moins de 16 ans. À ce terrible bilan, il faut ajouter des milliers des disparus au débarcadère du Congo appelé le Beach, même si on ne parle que de 350 dont les familles ne savent ce qu’ils sont devenus et qui ne reviendront jamais, les explosions du 4 Mars 2012 ont également fait d’importantes pertes humaines qui se chiffrent a plus de 4000 disparus.

Vous, Président de la République, vous savez que la pratique de la torture est systématique et qu’elle continue a s’exercer au Congo Brazzaville par le pouvoir tyrannique sur des enfants et adolescents, que des jeunes et adultes sont emprisonnés chaque jour et croupissent dans les couloirs de la mort de la maison d’Arrêt de Brazzaville pour la plupart, femmes et hommes, sont torturés et violés. Laissez moi vous rappeler, Monsieur le président de la république française quelques faits historiques qui ne devraient pas vous laisser indifférent face aux cris d’alarme des populations Africaines en générale et de celle des congolais en particulier. Dès l’occupation Allemande de Paris, Brazzaville fut la capitale de la France libre du 26 Octobre 1940 jusqu’en 1943.

Les tirailleurs Africains furent dans la bataille dès 1940 jusqu’a la fin des conflits en 1945. Parmi eux, 40000 seront directement engages dans les combats contre les Allemands sur le sol français, tel le capitaine Charles N’Tchoréré lâchement assassiné par les nazis à Airaines le 7 juin 1940.

Le 19 Juin 1940, le 25eme régiment compose essentiellement d’africains du Nord, de l’Ouest et de Congolais ternirent tête aux unités allemandes aux portes de Lyon, en deux jours 1300 d’entre eux sur 1800 seront tues.

Souvenez vous, Monsieur de président de la république, de la déclaration de Madame Eva Jolly au lendemain des résultats du premier tour des élections présidentielle de Mai 2012, demandant à tous les français de voter pour vous car la droite de Mr Sarkozy soutenait le dictateur Sassou qui aujourd’hui encore se permet de tuer dans l’impunité.

Monsieur de président, il n’est de secret pour personne que Monsieur Denis Sassou Nguesso est sous les radars de la justice française sur les affaires dites des disparus du beach et celle des recels et détournement des fonds de l’Etat congolais qui lui a permis d’acquérir un patrimoine immobilier gigantesque en France et dans d’autres pays d’Europe...

Vous, Président de la République, vous avez connaissance des rapports de la Commission d’enquête du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, des rapports des ONG comme Amnesty International, Human Rights Watch , Survie, Sherpa et la Fédération des Congolais de la Diaspora en cigle FCD qui ne laissent aucun doute quant à la réalité des crimes de guerre et des crimes contre l’Humanité commis par le régime de Monsieur Sassou Nguesso contre son peuple. Au nom de tous les congolais, nous vous demandons d’aider les populations congolaises qui demandent des élections transparentes au Congo-Brazzaville en empêchant le dictateur Denis Sassou Nguesso de briguer un autre mandat après changement de la constitution du Congo.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le président de la république, l’expression de mes sentiments déférents et dévoues

Mlle Sandra N. M. Mayinguila Paris France

Commentaires