// Vous lisez...

ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES BMA

Pétrole en Françafrique...Guinée Equatoriale

Guinée Équatoriale : le pétrole à quel prix ? Communiqué du Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politique en Afrique, 23 mai 2013.

Le 26 mai 2013, des élections auront lieu en Guinée équatoriale afin d’élire les conseils municipaux, les députés de la Chambre des Représentants du peuple et les membres du Sénat. Ces élections cachent la préparation de la succession du président Teodoro Obiang Nguema par son fils Teodorin. Elles se préparent dans un climat de terreur .

La Guinée Équatoriale, Etat de 720 000 habitants, avec 76,8% de la population en dessous du seuil de pauvreté et 51 ans d’espérance de vie , est le troisième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne. En avril 2013, le pays a été exclu de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) . C’est un fournisseur important des Etats-Unis, mais aussi de pays européens dont la France , l’Italie, et l’Espagne qui appuie actuellement le régime. La relation entre les Etats français et équato-guinéen est marquée par l’histoire de la Françafrique , et ses pratiques qui perdurent comme le montrent les récents voyages de Claude Guéant à Malabo . La famille de Teodoro Obiang Nguema, arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1979 et plus ancien chef d’Etat africain en activité, possède de nombreux biens immobiliers en Europe. Dans l’affaire des Biens Mal Acquis , la justice française a saisi l’hôtel particulier à Paris de son fils Teodorin, estimé à plus de 100 millions d’euros.

Lors des dernières élections, sans observateurs internationaux , les listes électorales faussées, votes multiples et autres intimidations, ont permis au président Obiang d’être réélu avec des scores totalitaires : 97,85% en 1996, 97,1% en 2002, 95,37 % en 2009, et à son parti, le Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE), de remporter toutes les élections. Celui-ci est quasiment parti unique. Les citoyens doivent adhérer au PDGE pour espérer un emploi dans l’administration.

Les militants d’opposition, leurs familles et leurs amis, subissent des menaces, violences, détentions arbitraires, signalées régulièrement dans les rapports de l’ONU, d’Amnesty International, ou de Human Rights Watch . Reporters sans Frontières vient de condamner « le blocage par l’Etat équato-guinéen, le 12 mai 2013, de l’accès à Facebook et à certains sites de l’opposition » . A l’étranger, les partis n’ont pas obtenu de légalisation. Des opposants politiques purgent de longues peines de prison. Depuis le « printemps arabe », la présence militaire et policière s’est renforcée et les arrestations se sont multipliées.

Comment des pays européens peuvent-ils accepter de dépendre du pétrole d’une dictature si caricaturale ? Le Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique demande aux gouvernements français et espagnol et à l’Union européenne de se concerter pour dénoncer la répression actuelle et l’absence de démocratie en Guinée Équatoriale, de faire pression sur les entreprises européennes opérant en Guinée Équatoriale afin qu’elles cessent de rémunérer la famille Obiang, d’adopter une attitude ferme en faveur de la démocratisation du pays et de la défense des droits humains, y compris en prenant en considération la situation de l’opposition politique en exil.

Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique, Les 13 signataires : Mouvement pour la Restauration Démocratique en Guinée Equatoriale (MRD), Ça suffit comme ça ! (Gabon), Fédération des Congolais de la Diaspora (FCD, Congo Brazzaville), Alliance Républicaine pour le Développement (ARD, Djibouti, USN), Mouvement pour Renouveau Démocratique (MRD, Djibouti, USN), Rassemblement National Républicain (Tchad), Alliance Nationale pour le Changement Ile-de-France (ANC-IDF, Togo), Survie, Afriques en lutte, Sortir du Colonialisme, Parti de Gauche, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, Europe Ecologie les Verts.

* * *

Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique – Paris

http://www.electionsafrique.org/

Le Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique se réunit chaque mois depuis 2009 à Paris. Il inscrit son travail dans le sens d’un soutien aux démocrates africains et dans le sens d’une réforme profonde de la politique française. Il a participé à de nombreux événements et manifestations, et a poursuivi depuis 2009 un travail sur les élections, les processus électoraux et les fraudes. Il constitue un espace de réflexion collective grâce à ses réunions régulières, et un espace de plaidoyer et d’échanges entre partis politiques et associations, de France et d’Afrique.

Le Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique s’est particulièrement investi sur certains évènements et crises, en mettant l’accent sur les processus électoraux :

Avril 2013, Togo, affaire des incendies, lettre à Laurent Fabius http://www.electionsafrique.org/Tog...

Février 2013, Djibouti, Togo, Cameroun, Guinée C, législatives : lettre ouverte à Assemblée Nationale http://www.electionsafrique.org/Ele...

Février 2013, Djibouti, élections législatives : communiqué http://www.electionsafrique.org/Ele...

Janvier 2013, Togo, élections législatives, lettre ouverte du collectif à l’Union européenne : http://www.electionsafrique.org/Tog...

Juillet 2012, Congo Brazzaville, élections législatives, communiqué du collectif : http://www.electionsafrique.org/Ele...

Octobre 2011, Cameroun, élection présidentielle : dossier d’information, mobilisation et meeting : http://regardexcentrique.wordpress....

2010 : cinquante ans des indépendances : mobilisations dont une manifestation le 14 juillet 2010 : http://survie.org/activites/campagn...

Mars 2010, Togo, élection présidentielle : mobilisation, plaidoyer vers UE, communiqué : http://survie.org/francafrique/togo...

Juin 2009, Mauritanie, déclaration du collectif http://www.electionsafrique.org/Mau...

Commentaires