// Vous lisez...

Les Congolais parlent aux Congolais

Le Clergé Congolais...

Affaire à suivre...

CITE DU VATICAN, 31 mars 2011 (AFP) - Le pape destitue l’évêque de Pointe-Noire (Congo) pour sa mauvaise gestion

Le pape Benoît XVI a destitué l’évêque de Pointe-Noire au Congo, Mgr Jean-Claude Makaya Loemba, pour de "graves problèmes de gestion" économique de son diocèse, a annoncé jeudi le Vatican.

"Le pape a retiré à Mgr Jean-Claude Makaya Loemba (Congo-Brazzaville) la charge pastorale du diocèse de Pointe-Noire", a indiqué le Saint-Siège dans un communiqué.

Cette mesure rare a été motivée par "de graves problèmes de gestion au sein du diocèse, entre autres de gestion économique" et par "de fortes tensions dans le diocèse", selon le Vatican qui a exclu en revanche des questions d’ordre moral.

Selon des sources vaticanes citées par l’agence d’information religieuse I-Media, la gestion du diocèse de Pointe-Noire était désastreuse et le prélat n’avait pas confiance dans son clergé.

Mgr Makaya Loemba, 56 ans, ordonné prêtre en 1983, avait été nommé en décembre 1995 par le pape Jean Paul II (1978-2005) à la tête de son diocèse d’origine.

La Congrégation pour l’évangélisation des peuples, chargée des "missions" à l’étranger, avait envoyé un émissaire pour faire entendre raison au prélat.

Mais, selon I-Media, la procédure inhabituelle avec laquelle l’évêque de Pointe-Noire a quitté ses fonctions donne à penser que Mgr Makaya n’a pas accepté de démissionner.

Cette procédure rare fut notamment utilisée en janvier 1995 lorsque Jean Paul II retira sa charge à l’évêque d’Evreux, en France, Mgr Jacques Gaillot.

D’ordinaire, lorsque Rome invite un évêque à démissionner, le pape annonce ensuite officiellement qu’il a accepté son choix au regard de l’article 401 paragraphe 2 du droit canon ("raison de santé" ou "toute autre cause grave").

Une clause appliquée à plusieurs évêques qui ont quitté leurs fonctions dans des affaires de pédophilie, en Belgique et en Irlande notamment.

Ces derniers mois, plusieurs évêques d’Afrique centrale et de l’Ouest - République centrafricaine, Bénin ou Burkina Faso - ont démissionné. Aucune raison n’a été officiellement évoquée mais un bon nombre de prélats souvent jeunes ont dû partir pour des problèmes de gestion, de morale sexuelle ou de syncrétisme religieux.

Commentaires