// Vous lisez...

Politique

De nos Amis de la Société Civile Gabonaise

COMMUNIQUE DE PRESSE DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE Après s’être illustré au mois de janvier 2008 en suspendant abusivement une vingtaine d’organisation de la société civile, et le 04 avril à 1 heure du matin en dispersant sans ménagement les agents de l’ancienne Caisse Nationale de Garantie Sociale (CNGS) qui revendiquaient pacifiquement leurs droits à la suite de la décision du gouvernement Gabonais de fermer définitivement cette structure, le ministre de l’intérieure du Gabon, André Mba Obame, toujours lui, est devenu le symbole de la répression et du bâillonnement de tout type d’expression des libertés au Gabon. Alors que la conférence nationale de 1990 avait consacré les libertés de s’exprimer et de se constituer en association dans le strict respect de la législation en vigueur, André Mba Obame s’érige depuis qu’il « trône » à la tête du ministère de l’intérieur comme le symbole du retour à l’ordre ancien, celui de la répression, du musèlement et de la confiscation des libertés fondamentales. Par deux fois en moins d’une semaine, les forces de police nationale se sont illustrées par des comportements anti démocratiques.

Le mardi 22 avril 2008, alors que de nombreux compatriotes s’étaient mobilisés à l’appel de la coalition contre la vie chère et de l’association « Cri de femme » pour organiser une marche pacifique, une brigade anti émeute de la police nationale est intervenue pour disperser les manifestants. Il a fallu tout le sens de responsabilité des organisateurs pour freiner la fougue des populations face à ce qui a été qualifié de provocation.

Voulant à tout prix mettre à exécution son plan machiavélique visant à endosser la responsabilité de tout débordement aux acteurs de la société civile pour trouver un alibi afin de mieux les mater, il vient de récidiver le 25/04/2008 en ordonnant aux éléments des Forces de Police Nationale, du moins sous son autorité, de mater brutalement les membres des organisations de la société civile qui marchaient pacifiquement, sous forte escorte policière, contre la vie chère et la baisse du pouvoir d’achat. Cette brutalité policière s’est soldé par un bilan lourd notamment, l’agression des journalistes venus couvrir l’événement et par l’arrestation de trois leaders de la société civile qui, au cours de leur interpellation, ont été sauvagement agressés, déshabillés et humiliés. Résultat, le Caméraman de la Station d’une Chaîne de télévision privé « TELEAFRICA » s’en est sortie avec trois cottes cassées et six mois d’incapacité de travail. Il faut signaler que les policiers ont aussi fait mains basses de la caméra ainsi que la cassette enregistrée.

Les organisations de la société civile, regroupées au sein des coalitions contre la vie chère, Publiez ce que vous Payez et toutes les organisations syndicales indépendantes au Gabon, élèvent leur protestation face à la résurgence des atteintes aux libertés fondamentales. Relevant que les forces de police nationales ne peuvent être instrumentalisées par une élite politique dévoyée, nous interpellons les plus hautes autorités du pays en vue de prendre des mesures fermes contre la dérive autoritaire qui caractérise le fonctionnement du ministère de l’intérieur. Au moment où le gouvernement vient de prendre des mesures allant dans le sens de la résolution des problèmes que posent les populations, mesures saluées par la société civile, même si beaucoup reste à faire, les bavures policières orchestrées par le ministre de l’intérieur viennent anéantir leur visibilité auprès de la population. Aujourd’hui, les conversations et les regards se focalisent sur cette bavure au point que l’on se demande si les actes posé par ce ministre ne visent pas délibérément à rendre le gouvernement impopulaire aux yeux du peuple.

Nous prenons à témoin la communauté internationale quant aux conséquences de tels actes d’incivisme perpétrés par des autorités dont la mission est d’assurer la sécurité des biens et des personnes Fait à Libreville, le 28 avril 2008 Marc ONA Président de Brainforest Coordonnateur de Environnement Gabon Coordonateur de Publish What You Pay Gabon

Commentaires