// Vous lisez...

Economie

Ba Yankaka ke sakana na Mbongo... ya beto ba Congolais.

Quand on voit cela on a envie de chanter comme Pamelo : « Ba yankaka ké sakana na bongo » (Il y en a qui s’amusent avec l’argent)Christel Sassou ose ester en justice contre Global Witness. Tous publions ces relevés afin que la famille kleptocrate poursuive Tous les Congolais véritables bénéficiaires des revenus du Congo...

Congo : Le fils du Président serait-il en train de faire des achats extravagants avec les revenus pétroliers du pays ? Press Release - 26/06/2007

Download the press release

Other Languages English

See key documents below

Credit Card Denis Christel Sassou Nguesso denis_christel_sassou_nguesso_credit_card_bill.pdf payments_for_dcsns_credit_card_bill.pdf

Credit Card Blaise Elenga elenga_blaise_credit_card_bill.pdf payments_for_blaise_elengas_credit_card_bill.pdf

Les petites courses de Christel Nguesso

Mercredi 27 juin 2007 MWINDA.ORG

L’enquête menée par Global Witness sur Christel Nguesso, le fils de son père, se passe de longs commentaires. A lire simplement en silence les liens ci-dessous.

Le fils du président serait un homme très dépensier, à en croire les courses qu’il aurait effectuées courant août 2006 chez Louis Vuitton à Rio Verde, Marbella, en Espagne. Là les marchands garderaient le sourire plusieurs jours après que le bon client soit parti car les ventes journalières peuvent facilement égaler le chiffre d’affaires hebdomadaire.

Le 3 août 2006 par exemple ce serait 10 000 euros (plus de 6 millions F CFA ou plus de 13 000 dollars) qu’il aurait claqués dans des achats extravagants et pour un ressortissant d’un pays où la majorité de la population vit avec moins d’1 dollar par jour. C’est impressionnant.

Le 10 août 2006 il aurait été chez Roberto Cavalli à Marbella et c’est 7 000 euros qu’il aurait laissés en une seule fois. Le 27 août il aurait été encore chez Louis Vuitton et ainsi de suite. Grosso modo entre le 3 août et le 28 août 2006, en cinq jours d’emplettes, le fils de son père aurait claqué plus de 35 000 euros (près de 23 millions F CFA ou plus de 47 000 dollars) dans des achats extravagants.

Quand on voit cela on a envie de chanter comme Pamelo : « Ba yankaka ké sakana na bongo » (Il y en a qui s’amusent avec l’argent) car si vous ajoutez à cela les frais d’hôtel et autres vous vous rendez compte qu’un Denis peut en cacher un autre. Mais toute cette affaire devient écœurante lorsque l’on réalise que ces extravagances sont peut-être réalisées avec l’argent du pétrole du pays, au moment où le Congolais ordinaire croule sous une misère ruisselante et n’est pas prêt à voir la couleur de la richesse pétrolière, comme disaient les évêques du Congo dans une lettre ouverte envoyée au Président Denis Sassou Nguesso en juin 2002 : « Le peuple congolais ne sait pas combien le pays reçoit comme revenus découlant de l’or noir et encore moins comment sont gérés ces revenus. Ce qu’il sait c’est que le prix du baril n’est pas mesuré en dollars mais plutôt par la souffrance, la misère, les guerres civiles successives, le sang des congolais, les déplacements des populations fuyant les guerres, l’exil, le chômage, les arriérés de salaire et le non-paiement des retraites... »

Le mécanisme est bien rodé et vraiment imparable. Christel serait le patron de la Cotrade, la filiale de la SNPC, qui commercialise le pétrole congolais. Il possèderait aussi une société appelée Long Beach montée avec le concours d’un ami de papa. Lorsqu’une cargaison de pétrole quitte les côtes congolaises et est vendue, lui a de bonnes chances qu’il connaisse la destination des revenus de la vente : le Trésor public congolais comme cela arrive parfois, mais aussi, à en croire les révélations des fonds vautours, de multiples sociétés écrans comme Sphynx, AOGC, Phenicia ou des comptes privées, par exemple celles de la Cotrade, ou ceux de la société Investment Limited par exemple. S’agit-il simplement de semer lesdits fonds vautours ?

Lorsque le fils de son père se retrouve dans les grandes capitales, Paris, Madrid, New York, où à Doubaï, un coin désormais très fréquenté, ou tout simplement d’autres coins de tourisme et d’affaires comme Marbella, il peut être tenté d’utiliser sa carte de crédit tout en fermant les yeux car les revenus du pétrole viendraient renflouer les comptes de son entreprise qui par la suite paierait la facture de sa carte de crédit. A titre d’exemple, les documents bancaires de la société Long Beach font référence d’un paiement de 150 000 dollars provenant des revenus de la vente de la cargaison de pétrole embarquée sur le Genmar Spartiate effectuée le 17 janvier 2005 par la République du Congo (Voir le site de Global Witness pour plus de détails).

Ces informations, vous vous en doutez bien, restent inconnues de tout le monde. Ni le FMI, ni la Banque Mondiale encore moins le parlement congolais ne suspecteraient quoi que ce soit. Ce sont les créanciers commerciaux dits « fonds vautours » qui vont dénicher ces révélations dans des terres lointaines comme à Hong Kong où la société du fils de son père détiendrait un compte bancaire à la Bank of East Asia Limited par lequel transiteraient les fonds.

Pourtant avec un peu d’effort le parlement croupion pourrait poser des questions embarrassantes pour avoir des réponses afin de nettoyer cette corruption qui saute aux yeux des congolais. En effet dans son rapport d’audit de la SNPC, la société KPMG révélait qu’elle n’avait pas trouvé les traces des revenus de la vente de cinq cargaisons de pétrole pour l’année 2004 au niveau de la banque de la société pétrolière nationale et que les autorités de cette compagnie n’avaient fourni aucune explication convaincante.

Que fait donc le parlement nommé par rapport aux informations désormais accessibles sur le site Internet du ministère de l’Économie, des Finances et du Budget ? Pas grand-chose.

Vous comprendrez alors pourquoi on veuille avoir sa propre majorité docile et aveugle au parlement, des membres de la cour des comptes et de discipline budgétaire accommodants, bref des institutions installées pour la bonne forme et non pour le bien-être des Congolais.

Congo : Le fils du Président serait-il en train de faire des achats extravagants avec les revenus pétroliers du pays ? E.M. du site Mwindapress mercredi 27 juin 2007

Congo : Les courses du fils selon Global Witness

Visitez le site de Global witness pour voir tous les documents : www.globalwitness.org

Congo : Le fils du Président serait-il en train de faire des achats extravagants avec les revenus pétroliers du pays ? Press Release - 26/06/2007

Download the press release

Other Languages English

See key documents below

Credit Card Denis Christel Sassou Nguesso denis_christel_sassou_nguesso_credit_card_bill.pdf payments_for_dcsns_credit_card_bill.pdf

Credit Card Blaise Elenga elenga_blaise_credit_card_bill.pdf payments_for_blaise_elengas_credit_card_bill.pdf

Commentaires