// Vous lisez...

Politique

La Justice peut et dooit passer

il n’y a qu’au Congo, où le chef de l’Etat reste indifférent et inssensible aux meurtres de religieux et d’autres citoyens.

L’assassinat du père Guth, celui des hommes d’Eglise, pourtant en mission commandé de l’Etat à Mindouli, celui du jeune prêtre polonais à Massengo Loubaki ne doivent pas restés impunis. Ntumi doit y répondre et traduit pour cela en justice. Ceux qui assassinent les hommes d’Eglise doivent savoir que ces serviteurs de Dieu ne sont pas de la chair à canon, et qu’iils peuvent les tuer sans être inquiétés.

Le Figaro jeudi 17 mai 2007, page 3, par Lamia Oualalou Brésil : l’assassin de soeur Dorothy condamné La religieuse américaine, militante des droits des sans-terre d’Amazonie avait été exécutée en 2005

Rarement décision de justice aura été accueillie avec autant de siulagement au Brésil. Mardi, le tribunal de Belem, la capitale du Para, un Etat d’Amazonie, a condamné le propriétaire terrien Vitalmino Bastos Moura à 30 ans de prison, pour l’assassinat de soeur Dorothy Stang. Le 12 février 2005, la religieuse, originaire de l’Ohio, avait été retrouvée morte, atteinte de six balles, sur un terrain boueux à proximité d’Anapun le petit village d’Amazonie où elle vivait depuis vingt ans. Le crime avait scandalisé le monde entier.

Quelques jours avant sa mort, Dorothy Stang, âgée de 73 ans, avait fait savoir qu’elle était menacée, et béni par avance ses assassins. La religieuse, qui se battait pour la défense des paysans et la préservation de l’Amazonie, cenait de dénoncer deux propriétaires terriens, Vitalmiro Bastos Moura et son associé Reginaldo Galvao, qui incendiaient des parcelles de forêt pour pouvoir les exploiter. Dès le lendemain du crime, le président Luiz Inacio Lula da Silva avait promis de lui rendre justice...

Commentaires