// Vous lisez...

Dépèches/Nouvelles

LIBEREZ CHRISTIAN ET BRICE

JUSTICE SASSOUISTE

Le 13 juin 2006 un procès mascarade s’ouvrait à Pointe Noire. Celui de deux militants des droits de l’homme, Christian Mounzéo et Brice Mackosso, déclarés coupables de détournement de fonds de l’association RPDH, mais en réalité coupables de leur action critique sur la politique des droits de l’homme du régime du dictateur Denis Sassou Nguesso et surtout, sur la non transparence dans la gestion des revenus pétroliers par les dirigeants congolais.

C’en était trop pour le dictateur qui n’a pas tardé à embastiller les deux hommes sous couvert d’une plainte bien à propos d’un ex membre de l’association qui était depuis exclu de l’organisation. Interrogatoire menée au pas de charge et au téléphone par le directeur général de la police nationale, le sieur Jean François Ndenguet bien connu pour son implication dans l’affaire des disparus du beach et sa libération-extirpation expresse de nuit des geôles françaises sur intervention du ministre de l’intérieur de l’époque, Dominique de Villepin lui évitant ainsi tout procès sur la même affaire. Au menu : leurs déclarations sur la gestion des revenus pétroliers par les autorités congolaises. Comme il fallait s’y attendre d’une justice aux ordres, le procureur de Pointe Noire a sans états d’âmes allègrement enjambé les règles de droit : maintien en détention des deux hommes sans inculpation, perquisition sans mandat de la police judiciaire à leur bureau et à leur domicile, saisie des documents hors propos et des biens sans rédiger de procès-verbal, avocats non autorisés à assister aux interrogatoires etc..

Le ridicule ne tuant pas, à l’occasion d’un scandale intervenu à l’hôpital A. Sicé (arrestation et embastillement arbitraire pour détournement de médicaments d’une infirmière des urgences qui a entraîné une grève générale du personnel et paralysé l’hôpital...depuis libérée), le dictateur kleptocrate Sassou Nguesso n’a-t-il pas qualifié ce même procureur de Pointe Noire comme faisant partie des magistrats les plus corrompus pourtant aux ordres......

C’est cette même justice qui s’apprête à nouveau à juger nos camarades Christian Mounzéo, Président de « Rencontre pour la paix et les droits de l’homme » (RPDH), et Brice Mackosso, secrétaire de la Commission Justice et Paix de Pointe-Noire (organisme de défense des droits humains de l’Église catholique) tous deux par ailleurs, coordonnateurs de la section congolaise de Publiez ce que vous payez (PCQVP), une coalition composée de groupes de la société civile qui luttent contre la corruption, ce 27 juin prochain.

Ne nous y trompons pas. Il s’agit ici bel et bien d’un procès politique et non d’un procès de droit commun. Si nos deux camarades ont pu être libérés grâce à une mobilisation internationale exceptionnelle, les dirigeants congolais tentent de reprendre la main comme par effraction, en passant par la petite fenêtre d’un procès en correctionnelle. Nul n’ignore en effet le bénéfice qu’entend tirer le régime d’une condamnation de nos deux camarades.

Disons nettement Non à la mascarade, Non à la justice de Sassou Nguesso. LIBEREZ CHRISTIAN ET BRICE

Des voleurs, il y en a, et tout le monde sait où ils se trouvent !

Vaujours le 26 juin 2006 Pour la Fédération des Congolaisde la Diaspora Le Délégué Général Benjamin MOUTSILA

Commentaires