// Vous lisez...

Communiqués et Lettres ouvertes

Hommage à François-Xavier VERSCHAVE

Ce soir 16 janvier 2005 au siège du PCF devant un public de plus de 300 personnes un hommage appuyé a été rendu à F-X V. Des participations de qualité et très fouillées de plusieurs intervenants...

L’apport de la dénonciation de la Françafrique par F-X Verschave pour les démocrates africains par Benjamin MOUTSILA

Les indépendances africaines sont acquises pendant la période de la guerre froide. Le colonialisme était dénoncé dans certaines capitales africaines. Et au Congo Brazzaville par exemple on villipendait les valets locaux du neocolonialsme. Et les partis de gauche en France comme les PCF et PSU soutennaient les luttes de libération nationales comme en Algérie, Cameroun et autres. Les luttes de libérations s’accentuent en Afrique et seront essentiellement soutenues par le camp des démocraties populaires. Dans les états africains s’installent des régimes à partis uniques. Les régimes issues de ces libérations ou de ces pseudo-révolutions par escroquerie idéologique s’inspireront des régimes démocraties populaires dans leurs plus mauvais régistres en prenant le pire de leur organisation : L’armée et les milices, le centralisme démocratique, la confiscation des libertés fondamentales, la disolution des syndicats et des mouvements de jeunesse en bridant l’initiative économique. Ils accentuent la confiscation du pouvoir au profit d’une famille et au delà d’un clan. Toutes ces dictatures vont capter les richesses nationales au détriment des populations. C’est pendant cette période que des mécanismes complexes de captation du pouvoir politique et éconmique se mettent en place avec Jacques Foccart à l’Elysée. Même les régimes soi-disant progressistes vont mettre en place des réseaux de pillage avec l’aide de pays dit capitalistes en principe leurs ennemis. Le discours va être continuellement mensongier au profit des réseaux mafieux. Le pillage économique et la répression militaire continueront avec des massacres des populations civiles. En 1972 Mongo Beti va publier Main basse sur le Cameroun mais très rapidement ce livre sera saisi et interdit par les autorités françaises à la demande du Gouvernement camerounais. Ce livre décortiquait et dénonçait ces relations mafieuses. Donc les démocrates africains étaient bien bridés dans cet espace françafrique ultraprotégé et cornacé depuis l’Elysée. La peur et la désinformation étaient parmi les piliers de gouverner.

F-X V va être le premier intellectuel français toubab a décortiqué et expliqué ces mecanismes de pillage au profit de quelques individus ou groupes clientellistes, mafieux et autres. Ces rapports se font au détriment des populations africaines et françaises, mais au profit des hommes politiques africains choisis par leurs mandants présents dans les couloirs du pouvoir en France. En réalité les rapports d’état à état sont totalement obérés au profit d’individus mafieux ainsi l’aide publique au développement est détournée. La propagande des médias présentent aux contribuables un aperçu idyllique ou paternaliste de l’aide au développement. En 1997 dans la francophonie l’Angola avec l’aval de J. Chirac a mis en place un gouvernement faisant fi des règles élèmentaires de la démocratie et des lois internationales. La puissance militaire française est utilisée via un pays africain voisin. Hors Sassou est un criminel contre l’humanité ayant non seulement fait entrer des troupes étrangères dans son pays mais également détruit des régions entières. L’épisode le floch qui bloque un change de fonds congolais du dollar en ff donc en cfa montre le caractère maffieux et clientéliste de ces nouveaux rapports ( le pétrole du golfe de guinée est la propriété de la france car l’exploitation se fait sans contrôle des changes). Ainsi Le mot Françafrique dans le livre Françafrique ou le plus long scandale de la république de F-X V édition Stock page 65 trouve un début de définition par une boutade de José Artur : " l’aide au développement consiste à prendre l’argent des pauvrres des pays riches pour le donner aux riches des pays pauvres...il conviendrait d’ajouter ...parce que ces riches des pays pauvres en rendent une bonne part aux riches des pays riches qui organisent l’opération " Et page 175 " l’expression a jadis servi dans la bouche des grands amis de la France et de Jacques Foccart, tel Félix Houphouët en 1955 ou Omar Bongo dans son livre le nègre blanc :" La France sans l’Afrique est un véhicule sans carburant et l’Afrique sans la France est un véhicule sans chauffeur. " C’était une sorte d’invitation à une communauté néocoloniale idéale. On ne sait s’ils en percevaient la signification homophone : France-à-fric. Nous avons détourné leur trouvaille : le terme désigne si bien le mélange des genres caractéristique du foccartisme, et ses doubles fonds...depuis il a fait fortune. " Ce mot crée par les " amis de la France " a été conceptualisé par F-X V. Ce travail a permis la démystifivcation des rapports de coopérations et a mis sous les projecteurs la " France à fric ". Ce qui a permis la révélation des problèmes mafieux tel le Rwanda avec la milicianisation de l’armée, l’instrumentalisationde l’ethnisme dans les guerres dite civiles, les élections truqués comme au Togo où les démocrates ont su participer et les meddias l’ont révélé grâce à des images, l’utilisation des armées privées et la villagisation des armées " nationales ". Ainsi des élections gagnés durant trente huit ans n’ont plus de sens. Les démocrates africains se trouvent confortés dans leur combat. Puisqu’ils trouvent un soutien continu et intelligent, particulièrement une voix qui se fait entendre, avec BDA. Les méddias occidentaux s’en saisissent et ironisent sur le soutien des dirigeants français à ces dictateurs choisis. Grâce à Survie à F-X V, les magouilles sont révélées et la peur du scandale installé dans la partie française, fait reprendre un courage aux démocrates africains. Le clou a été le procès intenté contre F-X V, Survie et Laurent Beccaria par trois dictateurs africains Bongo Déby et Sassou. Les témoignages des africains avaient été édifiants et surtout révélateurs de la répression montée et entretenue avec des moyens français et qui étaient cachés à l’opinion publique Française. Ce procès, ces trois dictateurs l’ont perdu. Ce qui a eu l’effet d’une victoire enorme pour les masses africaines. Noir Silence qui avait été interdit à la vente au Cameroun, Congo-Brazzaville, Gabon et Tchad y a été introduit et diffusé en milliers d’exemplaires par photocopies. Et lors d’un voyage en Afrique peu avant le procès mon exemplaire que je lisais dans l’avion m’était proposé à l’achat 100 000 fcfa. Des africains rescapés ont pu poser des plaintes sur la place de Paris ou sur d’autres places européennes et même africaines contre leurs dictateurs en utilisant la loi contre la torture ( Compétence universelle ) : Cas de tortures et séquestration par des officiers mauritaniens, Cas des disparus du beach au Congo, des massacres du Rwanda, Cas de tortures au Tchad etc... Et même en Afrique sur place les citoyens relèvent la tête contre les systèmes répressifs en allant témoigner dans des « procès » organisés par ces dictateurs pour dire les faits, malgré tous les artifices d’ intimidations cas de la mascarade de procès des disparus du beach, bravant les officiers miliciens assassins car donneurs d’ordre, avec un courage exeptionnel. L’organisation et la participation à des forums citoyens tel : Bamako, Dakar, Ouagadougou, Antananarivo, Yaoundé, etc... Dans des scrutins organisés pour être gagné par les dictateurs, des démocrates ont pu non seulement sauver la face mais gagner comme au Sénégal et à Madagascar. Et enfin à Nouakchott et à Djibouti malgré une forte repression des résistants ont pu dans des prétoires développé des plaidoiries et fait douté les dictateurs et leurs services répressifs. Daniel Um Nyobé fils de Ruben lors du procès du 28 février 2001 disait : " beaucoup d’africains ont peur et il m’a été demandé de ne pas intervenir car j’ai de la famille au Cameroun.... Je prenais des risques.... Je crois que M FX V est un africain courageux... " Et Mongo Béti répondant à une question du président Monfort : "...Non l’opinion française n’est pas du tout informé, le grand succès de M F-X V étant d’avoir réussi là où nous avions échoué. J’ai beaucoup milité en France, et nous avons constamment dénoncé le fait que le pétrole n’est jamais budgétisé. La population locale n’est pas au courant de la répartition des revenus qu’il procure,... " F-X V disait "... je ne vais pas me substituer à vos combats mais je ne peux vous aider qu’en donnant des coups dans la partie de la fourmillière présente en France, alors vous, dans vos pays faites le même travail. Le courage il faut le prendre en vous exposant, en travaillant au vue et au su de tout le monde Pour nous Démocrates Africains, François-Xavier Verschave et Survie à partir des écrits et de l’esprit des publications ressemble à Karl Marx quand il a écrit : "prolétaires de tous les pays unissez-vous" Le manifeste du Parti Communiste 1848. Ainsi nous militants africains sommes interpellés et ne pouvons nous dérober.

Commentaires