// Vous lisez...

Politique

Sassou Nguesso s’est offert un Tsunami personnel

Sassou Nguesso s’est offert un Tsunami personnel

Une course de voiliers (La Route de l’Equateur) a été organisée par les barons du régime de Sassou Nguesso. Un peu plus de 2 milliards de francs CFA (+de 3 millions d’Euros) 5 bateaux participants et 400.000 euros de prime au vainqueur. Là n’est pas (tout à fait) le scandale.

Il se trouve que pour le bon accueil des VIP (nous vous invitons à vous rendre sur le site de la course http://www.route-equateur.com) le pouvoir congolais a décidé de raser un village entier de pêcheurs béninois qui existait depuis une quarantaine d’année sur ce site. Près de 2000 personnes ont été chassées en perdant quasiment tous leurs biens. Sassou Nguesso s’est offert un Tsunami personnel et cela devrait enchanter les partenaires et sponsors de la Route de l’Equateur (la SNPC -qui se moque pas mal du bien public et privé- la Ville de Marseille, la Marine Nationale -française- La Patrouille de France, METRO, VOLVO etc..).

Les organisateurs congolais sont les neveux et le frère de Sassou Nguesso dont nous avons déjà mesuré la dimension de leurs exploits, de leurs appartements et de leurs garages automobiles.

La Direction du Port de Pointe Noire confirme ces éléments. D’autre part il se dit qu’une partie du terrain servira à une des filles de Monsieur Sassou pour construire ...un hôtel !

POINTE-NOIRE Destruction du village des pêcheurs béninois à Pointe-NoireLes habitants du village des pêcheurs situé sur la plage de Pointe-Noire près de "La Baraka" ont été surpris ce week-end par l’arrivée d’un bulldozer qui a commencé à détruire toutes les maisons, toutes les installations de la place (généralement construites en bois et autres matériaux de récupération). Sous la surveillance des agents de la sécurité.Ce village est en même temps un port de pêche maritime artisanale. L’Opération a été décidée par la Direction Générale du Port autonome de Pointe-Noire. C’est donc dans la précipitation et le désarroi et aussi le désordre que les infortunés pêcheurs ont dû évacuer leurs mobiliers, sauvant juste l’essentiel de leurs biens.La destruction de ce village des pêcheurs a réduit au statut de SDF (Sans domicile fixe) environ 2000 personnes, en majorité des pêcheurs béninois dont les familles, pour certaines sont établies sur ces lieux il y a près de 40 ans !La direction du Port justifie ce fait par la nécessité de réapropriation du domaine portuaire occupé anarchiquement par les habitants de ce village des pêcheurs. et aussi par le besoin d’extension des installations portuaires.En fait, il y a longtemps que les occupants de cette plage avaient été avertis de l’imminence de la destruction de ce village. Ils avaient engagé des pourparlers avec le Port et la Municipalité pour délocaliser le village et trouver un autre endroit propice. Mais jusque là aucune solution n’avait été trouvée. Au pire, ils (les habitants) demandaient être avertis à temps utile afin qu’ils prennent leurs dispositions d’évacuation. Hélas, ils n’avaient pas été du tout avertis de la date exacte de l’opération de destruction affirme M. Anounon, un pêcheur béninois qui a toujours vécu dans ce village et est devenu congolais, lui et toute sa progéniture. Ce que récuse la direction du Port qui affirme avoir écrit une lettre aux responsables de la colonie des pêcheurs 5 jours avant la mise en route de la destruction.Comme conséquence immédiate, on s’attend à une raréfaction du poisson de mer de la pêche traditionnelle, notamment le célèbre Makouala dont raffolent les riverains et les populations de Pointe-Noire.Après ce village près de la Baraka, suivra certainement celui dit de la base Agip, dans le quartier de la zone industrielle derrière la Foire de P/ noire. Affaire à suivre

J.Malonga

Commentaires