// Vous lisez...

Dépèches/Nouvelles

Les Téké contestent la nomination de leur roi par les autorités congolaises

Plus d’un millier de notables de la communauté Téké, ethnie majoritaire du Congo, ont accusé le président Denis Sassou Nguesso d’avoir "fait fausse route" pour avoir "imposé un roi téké illégal", dans une lettre dont l’AFP a reçu une copie mercredi. "Le peuple téké est ahuri de ce que le président de la République ait pu désigner Maurice Intsilambia comme 17ème roi téké qui n’est issu d’aucune des six branches de l’arbre royal desquelles il faut être issu pour prétendre à la dignité du roi des Téké", ont-ils écrit dans cette lettre ouverte à M. Sassou Nguesso. Ils ont demandé au président congolais de reconnaître comme roi Auguste Nguempio, désigné par la cour royale en octobre dernier à Mbé, siège du royaume téké à 250 km au nord-est de Brazzaville. En février, M. Intsilambia, célèbre féticheur proche du pouvoir, avait été investi à Itaba, petit village entre Brazzaville et le nord du Congo en présence du ministre de la culture Jean-Claude Gakosso. La cérémonie s’était déroulée en l’absence de la cour royale et de la reine Ngalifourou, unique gardienne des attributs du pouvoir, qui avait qualifié cette intronisation de "nulle". La communauté téké représente officiellement 40% de la population congolaise, estimée à plus de 3 millions d’habitants. Leur roi n’a qu’un rôle symbolique, mais en raison du poids démographique des Téké dans ce pays d’Afrique centrale, il est souvent sollicité lors des élections.

© AFP 30 mars 2005

Pour mieux comprendre l’enjeu, lire egalement.

- Lettre ouverte à Monsieur Denis Sassou Nguésso
- Un royaume ébranlé

Commentaires