// Vous lisez...

Les Congolais parlent aux Congolais

EFL tsunami ou pauvreté où est la différence ?

Bonjour les amis et frères d’Afrique !

La solidarité a-t-elle une race ? Un continent ? L’exemple du raz de marée cataclysmique, le Tsunami, permet de dire que la solidarité a peut-être une race. S’il n’ y avait pas des touristes occidentaux, la solidarité envers les sinistrés de du Sud-Est asiatique ne se ferait peut-être pas. Nous savons tous que toutes les zones côtières situées autour de l’épicentre ont été touchées, certes à des degrés différents. Mais pourquoi les régions africaines ont été ignorées ?

La solidarité liée aux effets dévastateurs Tsunami avait une race.

Si nous essayons de faire le bilan de la solidarité de ce qui s’est passé au Rwanda, nous arriverons à la même conclusion de solidarité raciale.

Evoquons ce qui se passe dans la région du Pool au Congo- Brazzaville. Y a-t-il eu solidarité pour ce populations paysannes et pauvres vivant des guerres, connaissant des morts chaque minute ? La réponse est encore non. On aboutit à la même conclusion précédente. Aujourd’hui ces multiples malheurs ou drames font réagir enfin l’ONU.

Lisez cet article de l’Agence France Presse (AFP) pour comprendre l’alerte tardive qu’elle lance :

2 MARS 2005 - CONGO / ONU / POOL / VIOLENCES

Congo : "une crise humanitaire négligée" dans le Pool, selon l’Onu L’Organisation des Nations unies (Onu) a estimé dans un rapport que le département du Pool dans le sud du Congo, théâtre d’incidents sporadiques un an après la fin de la guerre civile, connaît "une crise humanitaire négligée" et "préoccupante". Selon ce texte intitulé "Le Pool, une crise humanitaire négligée", ce département "reste aujourd’hui très marqué" par les guerres"qui ont provoqué la destruction des infrastructures publiques et privées, une disparition des services de base et la recrudescence des maladies infectieuses". La moitié des habitants, qui avaient fui les combats, ont regagné leur village depuis la signature d’un accord de paix en mars 2003, indique ce rapport basé sur des missions d’évaluation effectuées entre avril et août 2004, précisant cependant que "des communautés entières ont été déracinées". "Le Pool et sa population dépérissent progressivement", poursuit le texte, soulignant que "les besoins humanitaires demeurent une préoccupation" dans ce département où les exactions des miliciens et des militaires se poursuivent. L’Onu a lancé un appel afin de financer des projets, estimés à plus de 21 millions de dollars, afin de réhabiliter les infrastructures sociales détruites. Entre 1998 et mars 2003, le Pool a été le théâtre de deux guerres civiles entre les forces gouvernementales et les miliciens ninjas du pasteur Frédéric Ntumi, qui ont fait plusieurs milliers de morts et de nombreux déplacés.

********************************************************************** Message envoyé par EFL militant de la démocratie

Commentaire : Cela dure depuis presque sept années. Médecins sans frontières avait attiré l’opinion française et internationale sans succès. Serait-ce la même chose, si des touristes occidentaux y avaient été en difficultés ou en détresse.

Y a-t-il un même Dieu pour tous, pour vivre autant de sorts différents sur la même planète ?

Commentaires