// Vous lisez...

Politique

Complots et Subterfuges permanents

Complots et Subterfuges permanents

Nous avons appris sans surprise mais avec inquiétude la battue contre des officiers et des hommes de troupe, à Brazzaville et à Pointe Noire. Comme par hasard ils sont tous originaires des régions méridionales.

Comme de coutume selon des schémas bien rodés, M. Sassou Nguesso pour homogénéiser les forces armées congolaises va entamer une épuration au seul profit de son clan.

Malheureusement ces genres d’opérations ont déjà été faites sous le CNR et le PCT. A l’époque il fallait sortir les officiers soi-disant contre révolutionnaires comme par hasard tous originaires du sud. A l’époque l’armée était, à marche forcée quelque soit les moyens, "clientélisée". Et la pépinière de recrutement de l’APN était jusqu’à la Conférence Nationale : la Cuvette Est. ( Voir Cadre).

Toute notion de géopolitique et d’unité nationale était délibérément ignorée à la faveur d’une logique d’exclusion. L’érection et la composition du CMP était l’ illustration de l’hégémonie du pouvoir par des officiers de la même région ( 5 de la Cuvette : Anga, Ebaka, Okongo, Sassou, Yhombi ; 2 des Plateaux : Ngolo, Ntsiba ; 1 de la Bouenza : Mbima ; 1 du Kouilou : Goma ; 1 de la Likouala : Katali ; 1 de la Sangha : Mbia ).

Aujourd’hui il faut "villagiser" les troupes et l’encadrement à l’image de l’armée du Togo qui a été "Eyadémisée"

( Sur 13 000 hommes ; 3 000 sont du sud et sur les 10 000 restant ; 7 000 sont kabyê d’où le non d’ "armée des cousins")

Les dernières nominations font clairement apparaître cette tendance. Mais il faut vite achever cette captation de "l’armée des neveux".

Dans un but cannibale de conservation du pouvoir, Sassou n’avait -il pas déjà menacé de faire du Congo un petit Liban lors d’une réunion des commissaires politiques de toutes les régions en juin 1987, suite à une mégestion de l’économie congolaise, qui profilait une grogne donc d’éventuels soubresauts : il avait alors inventé le "complot Kouyou".

Aujourd’hui face aux mêmes maux récurrents, après avoir massacrer à grande échelle de Owando à Vindza, il faut inventer un autre complot et indexer une région. Pour commencer : exclure toutes les recrues hors la pépinière car considérées comme coupables désignés et étrangers au "festin des vainqueurs de la guerre"...

Mais qui peut donner crédit à une telle hypothèse quand on sait que sur toute l’étendue du territoire, il n’existe aucun centimètre carré qui ne soit inspecté et verrouillé par les services de la sécurité d’Etat. Les patrouilles des Cobras dans ces zones considérées comme conquises et vache à lait, continuent à piller et à violer en toute impunité.

Nous rappelons à M. Sassou Nguesso que toutes ses constitutions lui fixent un cadre juridique pour le citoyen, et la force publique qui doit être apolitique. (constitution 2002 articles : 7 ; 171 ). Même s’il ne les lit ou ne les comprend pas.

Nous mettons en garde ses stratèges que "l’affaire des disparus du beach" dont il a promis un procès ne trouve des coupables tout désignés parmi ces officiers embastillés. Les familles, les populations et l’opinion internationale ne seront pas dupes.

Nous FCD sommes résolument aux côté des familles et des populations pour réclamer la libération de ces fils du pays. Qu’ils ne payent pas pour des crimes qu’ils n’ont pas commis, mais imaginés dans les officines des services de renseignements du pouvoir. Et réitérons l’Appel de la Société Civile Congolaise.

La françafrique prend de l’eau de partout, mais des réactions de sursaut et de responsabilisation des populations pointent à l’horizon. Il faut préparer la répression et l’habillage juridique qui permettra tous les tripatouillages possibles.

A l’image du Togo avec l’épisode de Charles Debbasch qui a trituré une constitution qui déjà n’était pour Nyassingbé qu’un vulgaire chiffon de papier pour contenter et endormir l’opinion internationale. Ces dictatures fonctionnent en coup d’état permanent dans la gestion quotidienne.

Les réactions des chefs d’état africains sont symptomatiques à cet égard :

De l’Afrique occidentale c’est la réprobation totale avec prise de sanction de la part de l’organisation sous régionale.

De l’Afrique centrale c’est l’attentisme de complicité coupable attendant le petit doigt sur la couture du pantalon que Paris donne le "la".

Quel opprobre pour ces chefs d’état pris la main dans une situation de "magouille".

Nous FCD sommes au côté des Peuples Togolais et Africains pour ce combat contre la Françafrique, pour la liberté et la démocratie. Ce combat est commun, Solidarisons nous, Car c’est toute l’Afrique qu’il faut sauver de la Mafiafrique.

Paris le 25 février 2005

Pour la Fédérations des Congolais de la Diaspora

Le Délégué Général

Benjamin MOUTSILA

Commentaires

1 Message

  1. > Complots et Subterfuges permanents

    Chers Amis de la FCD

    Bravo pour ton article "Complots et subterfuges" paru sur votre site. Ce genre d’information manque beaucoup à la connaissance du public, tant national qu’étranger. Et c’est très bien d’édifier les gens sur les us et coutumes de l’armée de Sassou. Les nouvelle fonctions de Mokoko viennent encore prouver qu’il n y a que pour eux.

    A la lecture de ce que dit la presse sur l’organisation du procès à Brazza courant avril ou mai, quelle initiative la FCD compte prendre. Je me permets de vous faire part d’une correspondance reçue ce jour en provenance de Brazza...

    Oscar,

    par Oscar | 7 mars 2005, 05:30