// Vous lisez...

Dépèches/Nouvelles

Le GRI-GRI

Le GRI-GRI Quinzomadaire Satyrique africain Abonnez-vous.Abonnez un proche. La Fédération des Congolais de la Diaspora FCD encourage ce journal qui traduit la bonne santé des contre-pouvoirs africains Bravo l’ami Loundah Ongoundou Pour connaitre les points de vente : WWW.lesamisdugrigri.com

LE GRI GRI du jeudi 10 février

Togo : " catastrophe nationale ", Eyadéma explose en vol. Le point sur les dessous d’une succession précipitée.

Dossier : La gifle de Ange Diawara Focus sur le Congo-Brazzaville, pour tout savoir sur ce pays pauvre riche à millions. Le Gri-gri sort sa calculette et vous donne les vrais chiffres. Comment le gâteau s’est partagé entre les différents dirigeants du pays et les exploitants pétroliers, sociétés off shore comprises. Et parce qu’il n’y a pas de raison qu’ils soient les seuls à se régaler, un portrait assaisonné de "Sassou, black Milosevic ! ". Extraits : Né en 1943 à Edou, Sassou est présent sur la scène politique congolaise depuis 1963, avec pour unique diplôme civil, un BEPC (brevet d’études du premier cycle). (...) personnage déjà ambitieux, réalise son premier pas vers le pouvoir en 1972 en radicalisant Ngouabi afin qu’il se débarrasse du lieutenant Ange Diawara, auteur d’un putsch, et très apprécié au sein de la jeunesse... Arrêté à Kinshasa par la police de Mobutu, Diawara est tué à Brazzaville et son corps exposé au Stade de la Révolution de Brazzaville. Un spectacle insoutenable encouragé par Sassou et Yhombi. Pour la petite histoire, rappelons que Sassou en voulait à Diawara parce que celui-ci l’avait giflé en 1971, au motif que Sassou avait séduit et épousé la femme de son cousin Kader Diawara. (...) Selon un diplomate occidental, sous couvert d’anonymat, au Congo-Brazzaville, “il y a deux drames : le premier, c’est le retour de Denis Sassou Nguesso au pouvoir depuis le mois d’octobre 1997 à la tête d’une horde de miliciens (les Cobras) particulièrement féroces. Le second, c’est que les Congolais ne savent pas comment se débarrasser de ce Milosevic équatorial.”

Centrafrique : " Bozizé a peur de m’affronter ! ", une interview exclusive de l’ancien dirigeant Ange-Félix Patassé, exclu du scrutin présidentiel par l’actuel chef d’Etat, le général Bozizé.

La Suisse et l’argent des dictateurs africains : Le Gri-gri vous donne les chiffres exacts des fortunes des dirigeants les plus corrompus du continent. Et vous livre les atermoiements des banques suisses qui se prétendent embarrassées par ces comptes bien fournis. Bédié, Mobutu, Abacha, Dos Santos (en passant par ses copains Falcone et Gaydamak), un article qui vaut son pesant de milliards de dollars.

Maroc : Mais pourquoi les politiques français aiment-ils tant le Royaume chérifien ? C’est l’œuvre d’un homme, Mehdi Qotbi, l’éminence grise de Mohamed VI qui leur ouvre les portes des palaces marocains. Le Gri-gri détaille le dernier voyage d’une colonie de vacances du parti socialiste invité chez Sa Majesté. Et vous gratifie de ses brèves bien informées sur le Maghreb.

Afric sur Seine : En coup de cœur, le musée Dapper, à Paris, qui prête ses écrans au cinéma africain. A voir également, Le Cauchemar de Darwin, un documentaire passionnant sur les rives du lac Tilapia, en Tanzanie. En bonus, le Gri-gri a sélectionné pour vous le livre du mois, Noir dans les camps nazis, un ouvrage étonnant sur la déportation. Et pour savoir où sortir, ne manquez pas notre chronique resto, désormais hebdomadaire !

Françafric : Envie de connaître les potins après la visite de Chichi en Afrique ? Notre mystérieux chroniqueur, le Prince Kopou, a ses entrées partout. Ragots cryptés et désopilants pour savoir ce qui se dit de Dakar à Paris. Que du off ! !

Revue de Presse : les petites perles des confrères. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour se faire bien voir...

Et toujours dans notre journal, les " Wolof Story ", pour rire des ratages du village franco-africain, et la chronique d’Aline Richard, du comité de soutien à notre confrère Guy-André Kieffer, disparu en Côte d’Ivoire depuis 302 jours. Abidjan quand tu nous tiens...

Commentaires