// Vous lisez...

Communiqués et Lettres ouvertes

Impérialisme ou françafrique ?le combat est le même.

CCDS BP 2322 F-38033 GRENOBLE Cédex 2 E-mail : ccdsfr@yahoo.fr Le 5 Févier 2005

Communiqué du CCDS

Madame, Monsieur

Monsieur Jacques Chirac président de la République Française effectue un voyage officiel au Congo-Brazzaville. Il est fort à craindre que les politiques et les médias se détourneront encore comme d’habitude des véritables enjeux que pose un pays tombé sous la férule de la dictature et sous la main mise tutélaire de la France. Au moment où on célèbre la libération des camps nazis d’extermination des juifs et de des noirs entre autres, niés dans l’histoire de la France dans leur contribution pour libérer la France occupée, pour que : " plus jamais çà ", Monsieur Jacques Chirac qui a fait l’apologie et la promotion de l’occupation militaire du Congo-Brazza par les nazis tropicaux angolais du MPLA y a été ce 5 Février 2005 féliciter et apprécier les résultats de la terreur du bourreau des populations congolaises et des bienfaits de la dictature et de l’occupation militaire ! Mais le vernis de la diplomatie et des beaux discours ne saurait voiler la réalité tragique d’un peuple frappé dans sa chair et asphyxié économiquement. Nous tenons pour établis et irrécusables les faits suivants :

- le coup d’Etat militaire de 1997 mené par le dictateur Denis Sassou Nguesso avec de l’appui logistique de la France, la complicité de la compagnie Elf (Total) et l’implication militaire de l’Angola, a plongé le Congo-Brazzaville dans une guerre sanglante qui a causé, selon les ONG internationales, plus de 100 000 morts ;

- en janvier 1998, le président Jacques Chirac est allé en Angola en voyage officiel remercier le dictateur Dos Santos gendarme de la Françafrique pour le soutien militaire apporté à Sassou Nguesso ;
- en avril 2004 un officier de police congolais, homme de main du pouvoir, est arrêté en France par le juge de Meaux pour des actes de massacre qualifiés de "crimes contre l’Humanité". Mais M. Chirac le fait libérer nuitamment à la surprise générale et l’indignation de tous. La procédure qui visait ce criminel homme, responsable avéré de la mort de 353 personnes, est à présent curieusement freinée en France. Le refus du dictateur pour le retour de milliers de cadres exilés en particulier le Président Pascal Lissouba et Monsieur Bernard Kolélas. Il va de soit qu’aucune embrassade et/ou nulle poignée de main aussi chaleureuse soit-elle ne saurait nous donner le change sur les complicités mafieuses tissées et les enjeux inavoués qui participent d’une telle rencontre ; car il apparaît clairement que, sacrifié sur l’autel des intérêts occultes de la Françafrique, le peuple congolais est sans cesse trahi par le clan militaire au pouvoir et par la France officielle. Nous en appelons à votre responsabilité politique, professionnelle ou citoyenne afin de considérer dans toute leur gravité les faits que nous venons de relever ici. Face à une situation aussi préoccupante, le Collectif des Congolais pour la Démocratie et la Solidarité vous sera reconnaissant d’user de votre pouvoir pour que la crise congolaise soit connue et résolue. Car aucune coopération franco-congolaise saine et respectable ne pourra se bâtir sur les ruines d’une nation et la misère d’un peuple.

Pour Le Collectif des Congolais pour la Démocratie et la Solidarité (CCDS)

R. MFOUTOU Secrétaire Général

Commentaires