// Vous lisez...

Politique

Point de vue de Pascal Lissouba dans l’Affaire des "Disparus du Beach"

Communiqué de presse [26/11/2004]

Point de vue de Pascal Lissouba Relatif à l’annulation par la cour d’appel de la procédure concernant les Disparus du Beach

Le Professeur Pascal LISSOUBA, Président du Congo Brazzaville en exil, exprime sa vive émotion et son dépit à la suite de l’annulation, par la cour d’appel de Paris, de la procédure judiciaire concernant l’affaire des disparus du Beach.

Il déplore cette décision et s’étonne que les magistrats de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris n’aient pas été sensibles aux cris et aux larmes des familles des victimes, qui ne cherchent qu’à connaître la vérité pour commencer leur travail de deuil.

Il estime que dans cette affaire, le dessaisissement de la justice française sonnerait le glas d’une enquête sérieuse et tout espoir de trouver et punir un jour les coupables de ces crimes contre l’humanité. Le Congo n’offrant aujourd’hui aucune garantie de sécurité pour les rescapés et les familles des victimes appelées à témoigner, il est illusoire de penser que la justice congolaise qui a l’habitude des parodies de procès, sans jamais élucider un seul des nombreux assassinats politiques commis dans le pays, puisse juger en toute indépendance et équité les dignitaires du régime mis en cause dans cette affaire.

Le Président Pascal LISSOUBA exprime sa compassion et sa solidarité à l’égard des familles éprouvées, concernées par cette gravissime affaire. Il souhaite que la Cour de Cassation n’entérine pas une décision qui consacre l’impunité et son corollaire : le permis de tuer.

Au-delà des arguties juridiques, la défense des droits de l’homme, tant célébrée dans le monde, exige de la part des grandes démocraties et de leur justice une attitude non complaisante à l’égard de tous les auteurs présumés de crimes contre l’humanité, tant que toute la lumière n’a pas été faite sur ces crimes.

Fait à Paris, le 24 novembre 2004

Le Professeur Pascal LISSOUBA

Président du Congo en Exil

Commentaires