Pollution maritime à Pointe-Noire

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA "COALITION CONGOLAISE PUBLIEZ CE QUE VOUS PAYEZ"

Pollution maritime à Pointe-Noire.

Réunie en session ordinaire les 24 et 25 Juin 2004, la
« Coalition Congolaise Publiez Ce Que Vous Payez »
vient d’apprendre avec stupéfaction, de sources
concordantes et dignes de foi, le déversement d’une
vague déferlante de marée noire au large des côtes de
Pointe-Noire.

La Coalition est particulièrement préoccupée et
s’inquiète au sujet de cette pollution maritime due à
une fuite de brut au niveau des champs pétroliers
d’Emeraude.

Cette pollution vient de s’accélérer ces trois
derniers jours, alors qu’elle était signalée depuis
deux semaines, par des alertes des services compétents
en charge des questions pétrolières dans le
département du Kouilou. A cette date, les autorités
gouvernementales ne se sont pas particulièrement
manifestées pour juguler ladite pollution et ses
conséquences manifestes sur le milieu marin et humain.

La Coalition rappelle à l’opinion nationale et
internationale que la compagnie Congorep, filiale de
la Société Nationale des Pétroles du Congo(SNPC) est
l’opérateur actif sur les champs pétroliers
d’Emeraude, responsable des présentes fuites de brut.
Le Gouvernement doit donc se mobiliser afin de tout
mettre en ouvre en vue pour prévenir la pollution du
littoral, de l’environnement et de l’écosystème.

Au cours des journées portes ouvertes sur la SNPC,
organisées à Pointe-Noire du 19 au 21 mai 2004, des
citoyens s’étaient déjà levés pour dénoncer la
précarité des installations de ces champs et des
risques de pollution liés à leur vétusté.

Il convient de rappeler également que ces champs
hérités de TotalFinaElf par Congorep filiale de la
SNPC avait déjà causé des cas de pollution en
septembre 2003. C’est ici l’occasion de s’interroger
d’une part sur la responsabilité de la compagnie Total
dans cette destruction de l’environnement du fait
qu’elle ait cédé à une autre compagnie des
installations déjà défectueuses. Et d’autre part,
l’inconséquence de l’Etat congolais qui s’est activé à
recevoir de Total ce type d’installations sans tenir
compte de ses limites technologiques en la matière.

La Coalition s’interroge par la même occasion, de

l’état réel des installations du gisement de Likouala
que Total vient une fois de plus de céder à l’Etat
congolais, et dont les conditions de cession
demeurent à ce jour mystérieuses.
La « Coalition publiez ce que vous payez »

  • Exige que des enquêtes indépendantes soient menées
    afin d’établir la nature exacte des responsabilités de
    Congorep dans la situation actuelle ;
  • Demande au gouvernement d’envisager le retrait du
    permis d’exploitation de Congorep,
  • Demande la fermeture des champs d’Emeraude ;
  • Exige la réalisation d’une expertise technique afin
    de déterminer le niveau de fiabilité des installations
    d’Emeraude avant leur cession. Cette expertise devrait
    aussi concerner le champ de Likouala ;
    - Recommande enfin au gouvernement de prendre toutes
    les mesures nécessaires pour juguler la présente
    pollution dans toutes ses conséquences et de mettre en
    place une législation appropriée pouvant mieux
    protéger l’écosystème.

Fait à Pointe-Noire, le 25 juin 2004


Coalition Congolaise « Publiez Ce Que Vous Payez »
Secrétariat : BP 939 Pointe-Noire
Tél : (242) 557 78 45, (242) 557 90 81
E-mail : cmounzeo@yahoo.fr et bricemackosso@yahoo.fr

Posté le 29 juin 2004