Intimidations...Pillages...Assassinats : Mode de gouvernement Sassou

Intimidations...Pillages...Assassinats :
Mode de gouvernement Sassou

Depuis le retour de Bernad KOLELAS au CONGO Brazzaville, le pays a
replonglé de plus belle dans un climat incertain. Le langage des armes
reprend le dessus et les populations ont refait leurs balluchons ne sachant
à quel saint se vouer. Les victimes se comptent par milliers.
Les hordes des différentes écuries ont installé des check point pour racketer
et voler les populations en fuite. Les portables et les biens précieux sont
subtilisés et les sommes d’argent passent des sacs des civils aux gibecières
des hommes en armes. Les fouilles sont systématiques, les marchés ont
été pillés et dispersés, d’où des blessés et des morts...
Tout ce désordre règne depuis jeudi 13 octobre 2005. Sur RFI un certain
Malonga Bayidikila chef ninja revendiquera la détention de deux officiers
français. Et sur les médias nationaux le ministre de la sécurité Paul M’Bot
appellera au calme les populations tout en encerclant les quartiers sud
de Brazzavile avec des engins lourds. Ces mêmes scénari ont déja été
utilisés depuis 1998 jusqu’ à la destruction totale des régions méridionales ;
le Pool en particulier.

Aujourd’hui le pouvoir de Sassou est aux abois, cherchant à se dérober
des poursuites judiciaires suite aux massacres qu’il a commandités par
ses différentes écuries, milices et autres mercenaires, particulièrement
les massacres au Beach de Brazzaville et sur la RN 1 ( route de Kinkala )
La mascarade de procès de Brazzaville ayant mis à nu sa responsabilité
et ses complicités il cherche à se dédouaner.
Alors tout est bon pour lui : profitant du décès de madame Kolélas,
Sassou récupère cette douloureuse situation en utilisant sa femme.
Sentant que B Kolélas est en situation de faiblesse. Il le fait rentrer au
pays sous couvert d’une "amnistie humanitaire", pour vouloir régler son
soi-disant conflit d’ avoir livré les hauts gradés de ses milices à la justice.
A travers Kolélas il veut tenter une reconciliation nationale pour s’absoudre
de tous ses crimes de sang et noyer tous ses forfaits, économiques et
politiques.

Comment peut-il s’en sortir alors qu’il est à l’origine de la création des
milices et de toutes les exactions contre les populations civiles ?
Comment peut-il aujourd’hui être crédible alors qu’il a fabriqué Ntumi ?
Comment peut-il être crédible alors que le pays croulant sous les
dollars du pétrole, les populations sont de plus en plus pauvres et vivent
dans la misère la plus noire ainsi que dans l’ insécurité constante ?
Aujourd’hui les populations congolaises avec les sociétés civiles
traduisent ce fossoyeur devant les tribunaux internationaux.
D’autres dossiers sont en cours...

A l’heure où nous publions ce communiqué, les armes crépitent dans
les quartiers sud de Brazzaville...

Vaujours le 19 octobre 2005

Pour la Fédération Des Congolais de la Diaspora

Le Délégué Général

Benjamin MOUTSILA

Posté le 19 octobre 2005